Swordedge Cover

Devrais-je éprouvé quelque scrupule face à cette conduite à laquelle je me tiens, autant par goût que par tempérament et qu'on pourrait assimiler à une absence de curiosité, voire une indifférence presque absolue à ce dont l'époque nous gratifie ? Il y a là comme un instinct de préservation chez ceux qui, comme moi, se trouve assigné dans un temps qui, au mieux, les afflige, que tout blesse, que tout exaspère et qui cherche dans le révolu et le rare un remède. J'aime d'ailleurs penser que ce dégoût du contemporain m'incite à chérir plus que de raison une forme ultime de l'intempestif, ce contretemps au second degré qui voit l'inactualité se doubler d'anachronisme. Je pense à ces disques sortis dont ne sait où et qui, au moment où ils paraissent, ne sont déjà plus de leurs temps.

Swordedge 

Swordedge est de ceux-là. Paru en 1980 sur leur propre label, aussi rare qu'un rayon de soleil en l'an 2013 dans nos tristes contrées, ce LP que l'on doit à Sue Fenwick, Dave Smith et John Davies n'est cependant pas d'aucun âge. D'un autre âge sûrement, à peine trahi par certains arrangements - les percussions, le jeu de guitare - où l'on décèle une pointe de modernité, Swordedge se présente comme une œuvre duelle, comme une lame a deux tranchants. A Sue, les légendes, le folklore irlandais, le répertoire et les instruments ancestraux (psaltérion et bodhràn). A Dave et John, un folk moins traditionnel (guitares et flûte). Quand la première fait escorte aux servantes bafouées ou aux chevaliers, entonne une complainte maritime aux airs de procession ("Brave Wolf", superbe évocation du combat de la Danaé), remonte le temps jusqu'au médiéval ("Voilà le Printemps", inattendue reverdie - in French, s'il-vous-plait), les deux autres se font moins troubadours que folk-singer dans un registre intimiste et réaliste ("No Pain", "Party on Mars", "The Pavement Artist"). Synthèse réussie entre les différentes racines du British-folk qui doit beaucoup à la grâce de Sue Fenwick (qui, par certains aspects, n'est pas sans évoquer Tickawinda), Swordedge à la beauté un peu distante des œuvres minérales, splendides dans leur isolement.

Swordedge Label  

No Pain 

Green Fields America 

The Pavement Artist 

Retour à l'accueil