P1140324

Ruby est l'un des disques qui m'a le plus marqué en 2010, avec Small Boats de Steve Atkinson. Mais Peter Harris, lui, n'a rien d'un inconnu. Il doit sa célébrité à son duo avec Dave Madden et leur Fools Paradise - qui pour rester poli, m'a toujours laissé de marbre : trop de boursouflures folk/prog, trop de mellotron. 

C'est d’abord l'apparent dénuement de Ruby qui séduit - ces ballades piano-voix ou ces berceuses à l'accompagnement minimal (la six cordes de "Smell Fish" ou du très 'Macca' "Lennie"), dénuement vite démenti par la richesse instrumentale dont s'étoffe la plupart des titres et qui permet à Peter Harris, affranchi de tout carcan, d'embrasser tout une gamme de registres. Ici, des colorations soul jazz (flûte et saxo de "Ruby", saxo de "Legend" et clarinette de "Do You Ever?"), là des réminiscences psychédéliques (sitar de "Early Morning Vigil", fuzz de "Beautiful Woman", guitare abrasive de "My Guide"), ailleurs des synthés à la Wendi Carlos, parfois aussi frénétiques que chez Kubrick ("I Danced"). Portée par une voix dont le falsetto touche juste, Ruby s'apparente à une douce virée en pyroscaphe qui se jouerait des heures du jour et des couleurs du temps. Seul, peut-être, Bülent Ortaçgil procure un tel état de plénitude.

P1140327 

A ruby indeed...

Ruby 

Beautiful Woman 

Do You Ever? 

Retour à l'accueil