Deux faits d'armes ont scellé la réputation de Dino Valente : Get Together, l'un des hymnes de la contre-culture et donc un titre mainte fois repris (les versions les plus célèbres étant celles de l'Airplane et des Youngbloods) et son éviction de la première vague Quicksilver Messenger Service, suite à un séjour en prison pour possession d'amphétamines. Les enfants du Dieu messager dont il vient de faire mention sont un pilier du San Francisco Sound, aux côtés de groupes aussi emblématiques que le Grateful Dead ou encore Country Joe & The Fish. Savoir qu'ils sont le fruit d'un troubadour de la côte Est peut surprendre, mais le plus étonnant tient au fait qu'il est aussi la cause de leur déclin, alors même que son génie musical n'est pas à remettre en cause. Peu inspiré par les envolées guitaristiques, Dino Valenti a en effet poussé Gary Duncan à sortir du groupe, l'alter ego de John Cipollina.

dino3

C'est également à cette époque qu'il consacre pleinement son temps à sa carrière solo, attendant l'occasion d'un réel retour au sein de Quicksilver Messenger Service. Si le disque qui en ressort ne mérite que des fleurs, n'ayez pas la vision d'un monde hippie idyllique ou insouciant, mais plutôt celui d’un univers rempli de spleen, un lendemain de bad trip.

La voix puissante et fragile de ce maître du folk psychédélique ne ressemblait à rien d'autre jusqu'à ce que je rencontre un certain Dave Bixby. Un sacré bout de chemin parcouru depuis les premières aventures de Greenwich Village et des clubs folk de Los Angeles.

Something New 

Tomorrow 

Retour à l'accueil