Aaron Front       

A chacun ses maux et ses moyens de composer avec, à défaut de s'en dépêtre. Pas sûr qu'Aaron Flemming ait été le plus habile à ce jeu-là. Il faut dire que dans presque chaque titre de Project Class, l'abandon rôde et avec lui, ce sentiment d'échec à vous coller un spleen carabiné. Aaron Flemming n'a pas la voix d'un troubadour enchanteur. Son chant rugueux s'accorde à ses mots écorchés. Sa voix qui sort parfois de la tonalité traduit son absence au monde. Quand il ne bataille pas avec une douze-cordes, il s'empare d'une batterie dont le tapage obstiné cache mal une rage rentrée. Punk qui gémit, chanteur de folk qui s’époumone, Aaron Fleming se fait le pourfendeur du supposé cadeau de la vie quand la vie ne va pas de soi, sans rien qui viendrait trahir la pose. Question de style sans doute, cette manière presque rudimentaire de dire les choses sans détour. Qu'il chante à la première personne ou nous délivre des comptines grinçantes, les histoires racontées par Aaron Flemming sont celles d'individus guettés par un repli sur eux-mêmes terrifiant, de relégués qui n'ont jamais trouvé le costume exact qui habille l'existence d'un semblant de normalité : « the dress code of life is definitely a problem ».  

Project Class est un de ces disques qu'aucune technique ne viendra jamais parfaire et dont les titres défilent comme autant de cicatrices que chaque écoute rend plus brûlantes. Encore un aérolithe paru sur RPC. 

Aaron Label

See the recent review of Patrick the Lama:

« The field of custom label folk has a very poor hit ratio in terms of records that people truly like and listen to when tripping or if out on a date, but persistence pays off among those who keep digging around. Aaron Fleming's project is a crude DIY affair, so crude that it could be called 'folk-punk' at times, not least the opening track with its crazed, Heitkotter-like drumming. Fleming sings in a nasal street poet style somewhat like Mark Winokur, and writes the most rudimentary songs imaginable. Despite the drumming throughout and Fleming's off-key protest songs this is still '70s loner folk, but I can't think of many comparable releases that sound like this, or pack as much personality. Not for everyone, but a recognizable find. Only a couple of known copies at this point. »

http://lysergia_2.tripod.com/blog/

Sweet People 

Dear Mr. Small Man 

Talk to Your Clown

Retour à l'accueil