Figurez vous que ce groupe fut pour moi une découverte décisive. Déniché il y a de cela des années sur un vide-greniers au milieu d'une pile improbable de 33t, à une époque obscure où je n'étais pas encore tout à fait prêt pour ce genre de choses, "Voir un peu la vie" est très certainement le premier disque chrétien français qu'il m'a été donné de découvrir ! Ce fut, pour moi, le début d'une curieuse lame de fond qui allait m'entraîner de surprise en surprise, vers d'autres joyaux interdits, pour qui l'idée de marier musique populaire séculière et textes religieux restait un Rubicon infranchissable. Parmi ceux-là, figurait "Moi qui n'étais rien", qui, au même titre que l'album de Promesses reçut jadis l'honorable distinction « hidden treasure » sur un très regretté site japonais aux côtés de la crème des pressages privés anglais (Agincourt, Haze et autres).

S'il y a quelque chose de très 70s dans la pochette de "Voir un peu la vie" ainsi que dans le style musical de l'album - des chansons folk à base de guitares/basse enrichies de quelques percussions par-ci et d'harmonica par-là, on pourra s'étonner de sa date de sortie - 1980 - sur le label Jef, déjà évoqué sur ces pages. Une certitude en tout cas : la grâce incroyable de l'ensemble qui distingue Promesses du groupe chrétien lambda. Le son y est vivant, présent, incarné, le propos (thématiques de la vie au travers de la foi comme l'espérance, la faiblesse, les convictions...) servi par des voix féminines cristallines, tout en retenue et délicatesse, presque hésitantes et, en cela, comparables à ce que peuvent offrir certains disques d'école, le tout sublimé par un travail somptueux sur les harmonies.

VoIR UN PEU LA VIE

Sentez, voyez... 

L'étable 

Comme Pierre 

Pas grand chose 

Etonnamment un pallier dans l'excellence sera franchi en 1981 avec "Il est ressuscité !" qui, comme on l'aura deviné, aborde cette fois la vie du Christ. Entre-temps, Promesses est devenu entièrement familial (la première mouture était composée de trois jeunes issues d'une même fratrie et de deux amis). Loin d'être un amoindrissement, ce départ se traduit musicalement par une forme d'accomplissement harmonieux. Il faut dire que dans l'intervalle, dans le sillon de la Jesus Music développée depuis la fin des années soixante, Promesses a pu parfaire sa technique à la faveur d'une tournée aux USA en 1981, après s'être fait la main dans les camps de Jeunesse Ardente (vers 1976-77). De cela il restera une K7 en anglais en guise de témoignage et rééditée depuis en CD, de sorte que "Il est ressuscité !" n'est donc pas formellement le 2ème album, mais le 3ème du groupe. C'est leur meilleur, celui dans lequel on peut dire, qu'ils ont véritablement tutoyé le ciel. Les titres avec de la flûte (qui fait son apparition, tout comme le synthétiseur) sont tout simplement magnifiques et les voix féminines plus belles que jamais.

Il est ressuscité !

La croix 

Comme un vieil homme 

Pâleurs d'un matin 

Un 4ème et dernier album paraîtra en 1983 "Chemins" regard sur la vie (et sur l'autre) vue sous l'angle de la foi. Disque à découvrir, mais qui est très loin de réitérer l'excellence du précédent (les années 80 commencent à se faire fortement sentir) qui jouait dans la même cour que Presence. A bon entendeur.

CHEMINS

Comme un arbre 

Retour à l'accueil